oct 2023

Hiver 2023-2024 : À quoi s'attendre ?

La perspective de l'hiver 2023-2024 suscite des inquiétudes en matière d'approvisionnement en énergie, notamment en raison des turbulences énergétiques qui ont secoué les années 2022 et 2023. Interrogée en novembre 2022, Emmanuelle Wargon, présidente de la Commission de Régulation de l'Énergie, évoquait que l’hiver 2023-2024 serait probablement encore plus « un hiver délicat ou difficile » que celui de 2022-2023 où de potentielles coupures sur le réseau avaient été évoquées en raison de la tension de la demande. Cette saison hivernale semble pourtant être abordée plus sereinement malgré de grandes précautions à prendre.

Image illustrant des éoliennes en hiver

Une production énergétique plutôt stable et en croissance

L’année dernière, avec le conflit en Ukraine et les opérations de maintenance qu'il fallait effectuer sur le parc énergétique, la France avait subi une baisse de sa production d'électricité. Cette année, la situation est plus encourageante : RTE (Réseau de transport d'électricité) exprime son optimisme quant à l'approvisionnement électrique dans son rapport, publié le 28 juin 2023. En effet, la France dispose de meilleures capacités d’approvisionnement :

  • La disponibilité des centrales nucléaires a progressé en 2023 grâce à une relance efficace du parc nucléaire suite aux opérations de maintenance effectuées par EDF l’année passée. En l’absence d’aléas majeurs, la puissance nucléaire devrait atteindre 35 GW courant octobre et 50 GW en janvier 2024.  La disponibilité était de 35-38 GW au 1ᵉʳ décembre 2022 et de 45 GW début janvier 2023. Les importations nécessaires pour garantir la dynamique de production ne semblent pas mises en péril. Orano, fournisseur de référence dans le soutien à l’exploitation des sites nucléaires, confirme la sécurisation des approvisionnements en combustibles nucléaires malgré les tensions au Niger, théâtre d’un coup d’Etat sous fond de contexte anti-français en août 2023.
  • La production hydraulique est encourageante, en augmentation de 14 TWh sur les cinq premiers mois de l’année, qui pourrait néanmoins être affectée par le bilan de l’été, marqué par la sécheresse.
  • Les capacités de production éolienne et solaire ont augmenté par rapport à 2022 avec le raccordement au réseau de 3,8 GW.
  • Un décret publié le 23 août a autorisé la relance jusqu’à fin 2024 des 2 dernières centrales à charbons, afin de permettre une bonne gestion des pics cet hiver.

RTE indique ainsi ne pas percevoir de menaces sur la sécurité de l’approvisionnement énergétique du pays, mais invite à la prudence, car la situation favorable reste conditionnée par le maintien de l’équilibre entre une production en hausse et une consommation en baisse.

Tensions sur le réseau et risques de blackout ? La sobriété est de mise !

Avec une tendance de production à la hausse et des importations de matières premières qui semblent sécurisées, est-ce que l'hiver 2023 sera sous tension et devons-nous craindre des coupures de courant cet hiver 2023-2024 ?

Le gestionnaire du réseau de transport d'électricité, RTE, avait averti les Français d'un risque élevé de tensions sur le réseau électrique en janvier 2023. Cette inquiétude découlait principalement du redémarrage lent des réacteurs nucléaires d'EDF après une période d'arrêt. Selon les experts de la gestion de l'électricité en France, la menace de coupures ou de blackouts est repassée d’un niveau élevé à un niveau moyen. Il est encore trop tôt pour affirmer avec certitude si ces tensions deviendront une réalité pendant l'hiver 2023-2024.

La surveillance continue du réseau électrique demeure essentielle pour garantir un approvisionnement stable en électricité. Les risques de coupure peuvent être évités si les Français fournissent des efforts pour réduire leur consommation d'énergie en adoptant des comportements éco-responsables.

 

En lien avec cette nécessité de réduction de la consommation, Agnès Pannier-Runacher, ministre de la transition énergétique, a annoncé lors d’un colloque le 12 octobre des mesures de sobriété pour cet hiver. Au-delà d’une nécessité, l’objectif est de faire de la sobriété une habitude. En effet, elle souhaite que la baisse de 12% de la consommation de gaz et d’électricité enregistrée sur la période août 2022-juillet 2023, par rapport à 2018-2019 sur la même période, devienne structurelle. Les mesures annoncées sont, pour autant, plus incitatives que coercitives et s’articulent autour de plusieurs cibles : particuliers, entreprises et collectivités :

  • Les particuliers sont encouragés à contrôler et réduire leur consommation via l’installation de thermostats, en particulier lors des pics de tension sur le réseau (bonus annoncés par les fournisseurs d’énergie : EDF, Engie, TotalEnergies, Eni Gas, Alpig, Electricité de Strasbourg et GEG). 
  • Concernant les entreprises, différentes mesures ont été prises : réduction de l’éclairage des bureaux et vitrines avec sanctions en cas de non-respect, mise en place de plans de sobriété (élargi aux 120 plus grosses sociétés cotées), politique d’incitation à l’usage du vélo par les salariés avec l’éligibilité au remboursement de transport et réduction d’impôts si mise à disposition d’une flotte de vélos. 
  • Les collectivités locales sont également engagées avec l’objectif de baisser de 30 à 50% l’intensité lumineuse de l’éclairage public, ce qui suppose un équipement de gestion de la luminosité.

Une augmentation des factures à prévoir ?

Au vu de ces prévisions, à quoi doivent s’attendre les Français concernant leurs factures d’électricité ? D’autant que, face à "une accalmie sur les prix du gaz", même s’ils restent beaucoup plus élevés qu’en 2019, la fin progressive du bouclier tarifaire d’ici fin 2024 a été annoncé par Gabriel Attal le 13 juillet 2023.

Avec la guerre en Ukraine et la crise sanitaire, ce bouclier tarifaire, mis en place en 2022, a permis d’atténuer la hausse des prix qui n’ont connu qu'une hausse de 15 %. Le coût de l'électricité en France est étroitement lié aux événements survenant sur le marché de gros européen. D’après les estimations de la CRE, les prix de l’électricité auraient bondi de 35% en 2022 et 100% en 2023 sans le dispositif protecteur.

La fin du bouclier tarifaire sera mise en place progressivement pour les ménages. Le rapport du Conseil d’analyse économique a recommandé d’exclure 20% des ménages les plus aisés (permettant de faire des économies budgétaires de 5 à 6 milliards) tout en continuant d’accompagner les foyers plus modestes. Le chèque énergie sera donc désormais « plus ciblé » et « plus juste », afin d’alléger aussi le poids pesant sur le contribuable. La fin du bouclier entraînera certainement une hausse des dépenses énergétiques de certains foyers. Cela pourrait soutenir une sobriété énergétique, contrainte, afin de maîtriser cette hausse des prix de l’électricité.

Nous pourrons constater le même phénomène plus rapidement pour les entreprises car les mesures, qui n’étaient par ailleurs accessibles qu’aux TPE (Très Petites Entreprises), s’arrêteront dès la fin d’année 2023.

Image illustrant le chèque énergie

Optimisation énergétique en hiver 2023-2024 : Comment Datanumia peut vous aider ?

L'hiver 2023-2024 s'annonce plus serein que le précédent sous réserve que les conditions d’approvisionnement en matières premières ne connaissent pas de chocs et avec un contrôle de la consommation des ménages et des entreprises. Ces dernières disposent d'options pour mieux gérer leur consommation énergétique et atténuer ces problèmes potentiels. Datanumia offre des solutions telles que la mise en place de systèmes de gestion de l'énergie, comme l'iBoard, ainsi que l'accompagnement par un Energy Manager, pour aider les entreprises à réduire leur consommation énergétique et leurs coûts associés. La vigilance des consommateurs et une gestion proactive des ressources énergétiques, avec le soutien de Datanumia, sont essentielles pour garantir un hiver plus stable sur le plan énergétique, tant pour les particuliers que pour les entreprises.

La plateforme résidentielle de Datanumia se présente également comme un atout précieux pour les ménages français. En effet, elle offre une compréhension claire de leur consommation énergétique, aidant ainsi à la maîtriser et à réduire leur empreinte carbone. Elle accompagne les consommateurs vers la sobriété énergétique, en phase avec les appels à la prudence évoqués précédemment. En promouvant des pratiques éco-responsables et des équipements moins énergivores, Datanumia contribue activement à l'optimisation énergétique, un enjeu majeur de l'hiver 2023-2024

Contactez-nous !

Crédit photo : CAPA PICTURES;GENEL MARIE

Dernières actualités

VAIV

Décret tertiaire : l’arrêté valeurs abso...

Le 20 février 2024, l'arrêté valeurs absolues IV a été promulgué, marquant une étape supplémentaire dans la réglementation visant à réduire la consomm...
image de PV

Power Purchase Agreement (PPA) : décrypt...

Le développement des énergies renouvelables doit nous permettre d’atteindre les objectifs de réduction de gaz à effet de serre prévus dans le cadre de...
UK vs FR

France vs Royaume-Uni : focus sur les sp...

Le secteur de l'énergie est un enjeu stratégique pour tous les pays. Si les défis environnementaux, sociétaux et géopolitiques sont souvent communs, c...

Suivez-nous sur les réseaux sociaux: